Laura Van Severen & Mònica Pagès

El Camp d’Elles
Cal Garbat, S2

«El camp d’elles» parle du territoire au travers des voix des femmes qui l’habitent. Des images et des mots nous rapportent leurs expériences vécues dans un village de haute montagne, et nous comptent leurs allers et venues.

Avec ce portrait, nous redéfinissons les notions générales souvent simplistes de la réalité «rurale». Et complétons par-delà une carte mentale géographique, gorgée à présent d’expériences humaines aussi variées que les vallées et les montagnes de leur paysage.

Le projet recueille une réalité en constante transformation. Non seulement la géographie et la physionomie du peuple ont changé, mais aussi l’approche et la compréhension de la condition féminine. Il y a seulement 80 ans, la vie était soumise au déterminisme du contexte, à des outils rudimentaires de survie, à la terre et au bétail. Déjà au XXe siècle, cette réalité se voit supplantée par le travail à l’usine. Avec le nouveau millénaire, les femmes de ces montagnes élargissent leurs horizons et reçoivent des possibilités de travail dans le tourisme ou de travail à distance grâce aux nouvelles technologies et aux meilleures infrastructures. Les vies privées deviennent des histoires universelles.

Blanca Berlin

Laura Van Severen (1993, Barcelona) explore dans son travail photographique le paysage et les relations qui y règnent.

Mònica Pagès (1972, Barcelona) se concentre sur les questions culturelles, en particulier la musique classique et les arts plastiques dans son travail en tant que journaliste et écrivaine.

Laura et Monique se sont rencontrées à Campelles au printemps 2020. En jouant des différences qui existent entre leurs générations et leurs origines, elles explorent de front la réalité des femmes possédant une expérience vitale liée à leurs environnements.

lauravanseveren.com

monicapagès.com

Avec le support de: