Mucho por ver

Chaque photographie est un souvenir. Les souvenirs d’une époque révolue, gravés au plus profond de la mémoire.

Lorsque nous voyageons, c’est presque toujours à la recherche de paysages familiers. Des paysages qui font partie de nous, de notre moi intérieur. Ces paysages sont formés par nos rêves, nos désirs et nos visions d’un autre temps. Parce que nos yeux ne voient que ce que nous avons appris.

Déambulant des profondeurs de notre mémoire, ils émergent à nouveau, ils ne vous quittent jamais.

Vous ne les voyez peut-être plus, mais rien ne vous empêche de vous en souvenir. Avant, je ne pouvais photographier que ce que je voyais, maintenant je sais que le regard d’un photographe n’est pas dans son œil. C’est seulement l’outil qui nous permet de voir.

Vous pouvez perdre la vue, mais ne perdez jamais votre regard. Parce que les photographies sont prises à partir de l’âme.

L’avenir commence aujourd’hui et dépend de ce que vous voulez retenir, car il y a encore beaucoup de choses à voir.

José Manuel Magano

Madrid

Après avoir perdu la quasi-totalité de sa vue après plus de 40 ans de travail en tant que photographe, J.M. Magano s’est rendu compte que ses yeux n’étaient qu’un outil, son regard est dans son âme.

Il a toujours réalisé son travail en utilisant les techniques picturales du 19ème siècle, et maintenant ses mains n’ont plus besoin de voir où aller, sa grande expérience et ses souvenirs les dirigent.

Il a peut-être perdu la vue, mais pas le regard.