LIMINARE


« Liminare » rassemble des scènes des communautés de voyageurs et des espaces squattés avec lesquels j’ai vécu entre 2006 et 2011. À partir d’un intérêt photographique et de l’exploration des techniques analogiques, je me suis consacré à enregistrer – de manière presque obsessionnelle – le quotidien de communautés punks où l’éducation, le nomadisme, la précarité et l’art font partie d’un même phénomène. Cette collection parle de mon propre univers créatif en photographie, qui est mobilisé par le désir de témoigner de la beauté des existences qui traversent les frontières, et de rendre hommage à la grâce et à la chute comme manière d’être dans ce monde.

Gianluca Mastrocinque

Italia

 

Depuis son enfance dans le territoire insouciant de Naples, la caméra est sa complice pour raconter des histoires belles et décadentes. Cet intérêt s’est accru lorsqu’il a étudié l’anthropologie culturelle. Le croisement entre la photographie et l’ethnographie est devenu son univers créatif jusqu’à ce jour. Il s’est consacré à l’exploration de ses propres expériences de vie à travers la photo-ethnographie, en mettant l’accent sur les paysages et les personnages qui provoquent les limites de la vie conventionnelle – bourgeoise. Depuis sa migration à Barcelone en 2006, il a également développé des projets de photographie pour les arts du spectacle, en approfondissant en permanence les techniques analogiques.

Sala La Polaroid

Calle Real 202

San Fernando, 11100 Cádiz

julian@julianochoa.com

+ 34 956 889 612

+ 34 687 578 826